Sanoyah (Coyah) : un jeune transforme les sachets d’eux minérales en divers articles pour survivre…

0
Sac à plastique

Fodé Camara, la vingtaine, est un jeune entrepreneure, environnementaliste, qui évolue dans le recyclage des déchets plastiques notamment les sachets d’eau minérale. Il pratique cette activité depuis 2018, après qu’il a échoué de rejoindre l’Europe clandestinement. De retour au pays, Fodé Camara c’est lancé dans l’entreprenariat il recycle des sachets d’eaux pour en faire divers articles.

C’est à la base des sachets en plastique d’eau minérale qu’il confectionne des sacs à dos, des sacs de voyage, des portes monnaie, des sacs pour des achats etc. Selon lui, avec cet travaille, il lutte contre la dégradation de l’environnement. A l’aide de ce travaille, Fodé Camara, parviens à subvenir à ces besoins primaires.

Les sachets d’eau étant la matière première de son entreprise, Fodé Camara, explique pour les ramasser, « j’ai essayé de faire des poubelles à travers des sachets que j’ai déposé dans des points focaux et après le soir je pars les chercher j’envoie pour travailler ».

Assis derrière sa machine à Sanoyah dans la préfecture de Coyah, Fodé Camara, mentionne qu’après la collecte, « on prépare d’abord les sachets avant de les coudre. On rencontre plusieurs types de sachets, il y a des sachets bio dégradables et des sachets non bio dégradables. Les usines avant de produire l’eau d’abord il y’a des produits chimiques qui sont dans l’eau pour que qu’elle soit un peu plus douce pour qu’elle soit au gout de la population mais dès que l’eau dans le sachet est retirée, on jette le sachet et au fur et à mesure que le soleil tape sa provoque des réactions chimiques alors quand toi tu prends cela tu dois faire l’entretien. Moi par exemple, quand je prends ça, je coupe d’abord puis mettre dans l’eau, ajouter des désinfectants pour une durée d’une heure ou bien deux heures, ça dépend. Après maintenant, je commence à nettoyer une première fois, une deuxième fois, une troisième fois et la quatrième fois maintenant je rince très bien et je mets sa dans le filet et quand c’est fini je commence à les faire bouilles ».

Selon lui, depuis le début de l’année il est parvenu à recyclé plus vingt mille (20 000) sachets d’eau malgré des multiples difficultés rencontrées sur le sur le terrain. Malgré les difficultés, Fodé, n’abandonne pas son projet parce que les encouragements des uns et des autres le motivent de plus à poursuivre son projet.

Actuellement, par manque de moyens, Fodé Camara, travaille seul. Et pourtant, « cette entreprise c’est pas une petite affaire parce que les étapes sont tellement longues, ce n’est pas des petits trajets à parcourir avant que ça ne devient un sac il faut suivre des étapes. C’est moi seul qui part ramasser, laver, traiter, préparer, sécher … après venir coudre. Vous voyez combien de fois c’est difficile alors si j’ai les moyens je vais chercher un personnel, mais les moyens me manquent, les outils de travail aussi me manquent mais avec le temps et les petits bénéfices on continue on ne s’arrête pas », a-t-il.

C’est pourquoi, Fodé Camara, demande un d’appuis financier pour pouvoir acheter des équipements et employer des gens avec qui travailler pour accroitre la production. Et il promet toujours d’améliorer la qualité des produits et chaque fois faire des nouvelles créations dans la production.

« La jeunesse doit voire là ou nos papas sont aujourd’hui demain sa serais leurs places, alors il est mieux de se lever maintenant et frapper de porte en porte pour que leur vie soit un peu meilleure. Moi je leurs incite à prendre le courage. J’encourage toutes ses personnes qui veulent faire quelques choses dans leurs vies. Je leurs encourages de continuer et de garder l’espoir qu’un jour ça va aller, il n’y a pas de l’impossible, il faut juste mettre en tête que tout ira bien et qu’un jour tu vas réussir », a-t-il conclut.

 

Africalynx

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici