Ne pas suivre la CEDEAO. Le Colonel Doumbouya doit-il écouter les conseils d’El. Sekhouna ?

0

En recevant le Colonel Mamadi Doumbouya, président du CNRD, dans son fief de Tanene, vendredi 24 septembre, Elhadj Sèkhouna Soumah, un des patriarches de la Basse Guinée, lui a donné ce conseil : « ne suis pas la CEDEAO, les membres de la CEDEAO sont des syndicats. Ne les écoute pas. » Le Colonel doit-il être réceptif à cet avis ?

 

La réponse à cette question pourrait être trouvée dans la note de Leslie Varenne de l’Institut de veille et d’étude des relations internationales et stratégiques (IVERIS). « Les nouvelles autorités guinéennes pensent jouer sur du velours. D’une part, ce pays battant sa propre monnaie, la Cedeao ne peut pas l’asphyxier financièrement en fermant les agences de la BCEAO, comme elle l’avait fait au Mali après le coup d’Etat d’août 2020. D’autre part, l’organisation est très impopulaire de par ses prises de positions à géométrie variable et sa défense des chefs d’Etats », fait-elle remarquer.
« Pour autant, ajoute-elle, quel que soit son discrédit, la Cedeao garde des capacités de nuisances car ses décisions seront suivies par : l’Union européenne, les USA et tous les bailleurs de fonds : Banque Africaine de Développement (BAD), Banque Mondiale, FMI, AFD. »

« En outre, la Cedeao, déjà humiliée par la recrudescence des coups d’Etats en Afrique, ne peut se permettre d’apparaître impuissante. Par conséquent, elle tentera de peser de tout son poids. Or, tout le monde, organisation sous-régionale comme CNRD aurait intérêt à trouver un terrain d’entente. Il en va du sort des Guinéens », conclut-elle.

Pour rappel, le 16 septembre dernier, les chefs d’Etats de la CEDEAO ont maintenu la suspension de la Guinée de toutes ses instances, jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel. Non sans exiger « la tenue, dans un délai de six mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel ». L’organisation sous-régionale avait aussi recommandé « la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ».

Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici