Louceiny Nabé, gouverneur de la BCRG reni la Loi de finances rectificative 2021 dont-il est l’un des auteurs

0
Louceiny Nabé

Le 18 septembre dernier le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) a reçu du secrétariat général de l’Assemblée nationale, la loi de finances rectificative 2021. Après analyse du document plusieurs manquements ont été décelé par les membres du CNRD.

 

« Il ressort une hausse globale des dépenses qui suscite des interrogations. Au regard de cette situation, le CNRD constate ce qui suit: l’inexistence de mécanisme fiable de contrôle sur les dépenses effectivement réalisables; L’absence de support expliquant certaines hausses de dépenses dans les institutions et départements ministériels concernés; le manque de rigueur dans la répartition des dépenses publiques; l’insuffisance d’outil de planification des recettes mobilisables; l’insuffisance de mécanisme de contrôle de la mobilisation et de la sécurisation des recettes; la mauvaise répartition des dépenses budgétaires sans prise en compte de l’orthodoxie financière. A cela s’ajoutent des prévisions de dépenses pour des structures quasi inexistantes ou non actives à savoir la CENI, le Haut conseil des collectivités, la Haute Cour de Justice », a fait savoir Louceiny Nabé, gouverneur de la banque centrale de Guinée.

A lire aussi   Dr Makanéra rejette avec force la charte du CNRD : “elle exclut certains”

 

C’est pourquoi après la promulgation de la loi de finance que le CNRD a exigé, « le respect scrupuleux des dispositions de la loi organique relative aux lois de finances notamment, en ses articles 25 et 28; les dépenses de personnels pour toutes institutions républicaines et les départements ministeriels sont renvoyes aux credits correspondants figurant dans la loi des finances initiale, exercice 2021; la soumission des demandes de décaissement à une analyse et validation; la production de rapports de l’ensemble des opérations effectuées de façon mensuelle; l’exécution de la loi des finances 2021 de façon intégrale dans son volet recette.

Cette loi des finances soulève assez d’interrogations car les lignes budgétaires allouées aux dépenses de la Présidence de la République, à l’Assemblée Nationale, à certaines institutions Républicaines et certains ministères ont connu des augmentations faramineuses. Le CNRD rappelle que l’une des clés du changement amorcé est la moralisation de la gestion de la chose publique », a précisé Louceiny Nabé.

A lire aussi   Amadou Diouldé : « Je suis content d'être allé en prison, c'est l'avant dernière épreuve d'un homme avant sa mort »

Il a tenus ses propos, ce samedi 23 octobre, à l’occasion d’une conférence de presse qui est tenue au palais Mohamed V, à Kaloum. Il était présent, le secrétaire général à la présidence de la République, Colonel Amara Camara, des membres du CNRD, des cadres du ministère de l’économie et des finances mais aussi du budget.

MBB

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici