Fermeture de Simandou: « Il faudra bien un jour enquêter pour comprendre les motivations réelles d’une telle attitude » (W M)

0

Lorsqu’un jour de l’année 2014, un observateur averti s’est retrouvé du côté de Kérouané et Beyla, quand les blocs 1 et 2 étaient encore dans une procédure contentieuse et que Rio Tinto poursuivait sa campagne d’exploration sur le Simandou Sud (blocs 3 et 4), il avait été frappé par l’extrême pauvreté dans certaines localités éparpillées dans cette région.

Loin du visage que présente une ville comme Conakry, en dépit de tous les problèmes d’urbanisme dans la capitale, ces zones éloignées semblaient quasiment à l’abandon, exception faite d’une route bitumée en construction entre Nzérékoré et Beyla (achevée depuis).

La piste passant par le flanc gauche de la montagne, entre Kérouané et Beyla, était désastreuse, voire dangereuse à certains endroits, surtout après une journée de pluie. C’était à l’époque où les habitants de Kérouané et Beyla appelaient de tous leurs vœux le début de développement de ce mégaprojet-phare de Simandou, qu’ils voient tous comme une véritable bouée d’espoir.

A lire aussi   Le stade Général Lansana Conté, homologué : Pourquoi la FEGUIFOOT refuse de publier le courrier officiel de la CAF ?

La situation était d’autant plus incompréhensible que le principal obstacle à l’exploitation de ce gisement de classe mondiale était connu : les infrastructures d’évacuation du minerai de fer (chemin de fer et port en eau profonde).

Les différents gouvernements qui se sont succédé ont tous connu la même rengaine : des manœuvres en coulisses, des chausse-trappes dans les conventions qu’il fallait toujours faire valider par des cabinets d’avocats de renommée mondiale, des promesses à ne plus finir, une activité temporaire sur les différents sites pour faire bonne impression, des baisses du cours du minerai de fer comme en 2013-2014, mais jamais un gramme de fer destiné à l’exportation n’est sorti des flancs de la fameuse montagne installée en territoire guinéen.

La situation était d’autant plus incompréhensible que les mêmes grands groupes miniers qui exploitaient des mines de fer ailleurs étaient présents en Guinée, bénéficiaient de concession et de convention ratifiées, sans parvenir à faire exactement ce qu’ils font en Australie, au Brésil, en Chine, etc…

A lire aussi   Procès du massacre du 28 septembre : la Guinée signe un protocole d’accord avec la Cpi

Pendant 25 ans les choses ont traîné, jusqu’à la fin de l’année 2019 où la donne a changé avec des travaux d’envergure initiés par un nouveau venu (WCS) – soutenu par des groupes chino-singapouriens – résolu à s’affranchir des circuits d’approvisionnement du côté de Canberra en jetant son dévolu sur le potentiel guinéen.

Il a fallu, en mars et en juillet 2022, trouver des astuces pour freiner cette dynamique positive, avec des ordres d’arrêt des travaux, sans aucune garantie ferme sur le redémarrage effectif des travaux qui devaient injecter au bas mot 15 milliards USD dans ce projet stratégique et employer à terme plus de 45000 personnes.

Il faudra bien un jour enquêter pour comprendre les motivations réelles d’une telle attitude. Car celles qui sont brandies si fièrement pour la justifier ont vraiment du mal à convaincre les vrais experts du secteur minier qui, eux, comprennent les enjeux liés au développement d’un pays pauvre comme la République de Guinée. Aux dernières nouvelles, des menaces de chute du minerai de fer pèsent sur l’activité, avec des dizaines de millions d’appartements construits en Chine, qui ne trouvent pas encore preneur, depuis des années. Un très mauvais signe…

A lire aussi   Fodé Oussou Fofana: "le Colonel Doumbouya peut compter sur l’UFDG pour l’apaisement du pays"

Source : Westaf Mining mais le titre est de woulanews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici