Ebola en Guinée : plus de patient en traitement dans le pays

0
Une personne testée positive d'Ebola.
Une personne testée positive d'Ebola. Image d'archive

Ebola en Guinée, plus de patient en traitement dans le pays actuellement. La dernière personne atteinte de la maladie à virus Ebola qui est rentrée chez elle dans l’après-midi à Kpagalaye, dans la sous-préfecture de Soulouta, au sud du pays. Selon l’ONG Alima, la vieille femme ne présente plus de symptôme du virus.

Dans son village à kpagalaye, localité où le virus avait resurgi, cette vieille femme a été raccompagnée par les partenaires techniques et les autorités locales.

Prenant la parole pour la circonstance, Justin Kolié, responsable des activités restreintes de l’ONG Alima s’est félicité du retour de la patiente qui, selon lui, pourrait pousser les habitants de cette localité à croire que le virus peut bien être traité.

« Vous savez que la réticence et les rumeurs ont fait installer la peur dans le cœur des gens ici. Ce qui faisait qu’il y avait une forte réticence ici. A partir du moment où la vieille est guérie, nous avons jugé nécessaire de l’accompagner et faire passer le message de sensibilisation à nouveau. Que les gens n’aient pas peur de la prise en charge. On ne fait que du bien. Car, tous ce qui est alimentation et la prise en charge médicale gratuite sont là. Si vous venez très tôt, vous avez une forte chance de sortir en bonne santé », a-t-il conseillé.

A lire aussi   Depuis 1984, la Guinée n'a pas une charte sportive (Thierno Saïdou Diakité)

Même réaction du côté du coordinateur de l’UNICEF chargé des activités sur Ebola, qui estime que ce retour facilitera à lever les zones d’ombre.

Dans le village de kpagalaye, les citoyens avaient opposé leur refus catégorique de ne pas voir l’équipe de vaccination au lendemain de la résurgence de l’épidémie. C’est pourquoi en s’adressant à ses parents qui ne pensaient plus la revoir, la guérie d’ébola les a invités à accepter de se faire prendre en charge et surtout la vaccination contre l’épidémie.

« Lorsque je quittais le village, c’était difficile pour moi et toute la population de Kpagalaye. Mais voilà que je me suis retournée aujourd’hui dans les meilleures conditions. Ebola c’est une réalité et le message, c’est que nous devrons accepter de se faire prendre vite en charge et à temps dans les CTE-PI.  Les habitants de Kpagalaye y compris toute la population de Soulouta doivent accepter se faire vacciner contre Ebola. J’ai fait plusieurs semaines, j’ai été bien suivie et bien traitée par le personnel de ALIMA et voilà que tout s’est bien passé. Comme conseil aux parents, c’est d’accepter les agents de santé chez nous, et se rendre plus rapidement lorsque nous sommes déclarés suspects de l’épidémie à virus Ebola », a invité Hanni Gouhara.

A lire aussi   Conakry : Le “ forum de la jeune fille guinéenne“ arrive en grande pompe

Dans moins de 72 heures, les 30 autres personnes contacts sortiront du suivi. Un compte à rebours de 42 jours débutera avant de déclarer la fin de l’épidémie s’il n’y a de nouveau cas entre temps.

Il faut rappeler que  la maladie à virus Ebola a fait déjà une dizaine de morts depuis son apparition à Gouécké, à N’zérékoré.

Avec mediaguinee

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici