Un cadre de dialogue enfin créé par Colonel Mamadi Doumbouya: Voici ses membres

0

« Il est créé un cadre de concertation inclusif de dialogue en République de Guinée », a annoncé un décret présidentiel, ce mercredi 6 avril à la télévision nationale. A travers ce décret, Colonel Mamadi Doumbouya, a répondre favorablement à une demande récurrente de la classe politique guinéenne sur l’ouverture d’un cadre de dialogue.

 

« Placé sous l’autorité du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, le cadre de concertation inclusif constitue l’espace d’information, d’échange et de proposition entre les acteurs des forces vives de la nation sur la transition. Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation rend compte périodiquement de l’évolution de la concertation avec l’ensemble des acteurs au premier ministre chef du gouvernement », mentionne l’article 2 du décret.

Le décret précise également que, le cadre de concertation inclusif est animé par un secrétariat technique. Ce secrétariat est chargé de la préparation et l’organisation du dialogue entre les forces vives de la nation. Il a pour mission de servir d’interface entre les différents acteurs; préparer l’ensemble des documents à soumettre à l’appréciation du cadre de consultation inclusif ; définir le format et l’agenda des concertations inclusives ainsi que la liste des participants.

« Le secrétariat technique du cadre de concertation inclusif est animé par un secrétaire technique et deux rapporteurs nommés par décret présidentiel », explique l’article 5.

Quand à l’article six dudit décret, il évoque la composition du cadre de concertation inclusif. L’ensemble des forces vives de la nation la composent qui sont réparties comme suit : secrétariat technique 3; coalition de partis politiques 20 soit un représentant par coalition ; gouvernement 3; société civile 5; centrale syndicale 3; association de presse 2; et les partenaires techniques et financiers en qualité d’observateurs.

Ces différents membres sont nommés par arrêté du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation sous proposition des structures respectives. Le cadre inclusif se réunit une fois par mois en session ordinaire et en session extraordinaire sous convocation du ministre de l’administration du territoire. L’ordre du jour est envoyé 72 heures avant.

L’article 11 précise également que les dépenses du fonctionnement du cadre de concertation inclusif sont imputables au dépenses communes de l’État.

Oumar Diaby

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici