En visite à Conakry, Sissoco Embaló prévient Col. Mamadi Doumbouya sur…

0

Le président de Guinée-Bissau Umaro Sissoco Embaló a quitté Conakry mercredi après une visite de quelques heures.

 

Accueilli au bas de la passerelle par le colonel-président Mamadi Doumbouya, l’ex-géneral bissau-guinéen a été conduit au palais Mohammed V. Là, les deux chefs d’État ont livré ce qu’ils pensent pour le bien de leurs pays.

Mamadi Doumbouya a réitéré devant son hôte son intention de partir après la transition. Il a aussi rappelé les motivations de la prise du pouvoir le 5 septembre dernier et promis qu’il travaillera pour réconcilier les Guinéens.

Embaló, par la suite prend la parole. Le dirigeant de Guinée-Bissau magnifie les relations historiques qui existent entre son pays et la République de Guinée. Ajoutant que la Guinée-Bissau n’oublie pas son passé avec la Guinée, « un pays qui a tout donné pour la libération du peuple bissau-guinéen ».
« Tant que je resterais president, il est interdit de demabder une carte d’identité à un Guinéen en Guinée-Bissau. Le peuple de Guinée-Bissau est reconnaissant vis-a-vis de la Guinée ».

Pour lui, il n’y a pas de « coup d’Etat nécessaire », mais, fait noter, on a vu le peuple qui a accueilli le coup en Guinée comme une libération. Il a évoqué sa très difficile relation avec l’ancien président Alpha Condé et son régime.

« J’ai toujiurs dit qu’on doit toujours privilégier les relations entre les États et non entre les hommes ». Précisant qu’un pays doit rester une nation. « Il y a des villages peuls qui nont pas voté pour moi, parce que les Mandés sont venus leur dire de voter pour leur neveu que je suis. (…) », indique-t-il comme pour vanter sa popularité au sein des communautés en Guinée Bissau.

« (…) Les Peuls m’appellent Embaló. Et dès qu’on m’appelle Sissoco, je comprends que ce sont les Mandés. Tout ça montre que nous devons rester une nation », conseille-t-il.

Poursuivant, il dit regretter que la Guinée et la Guinée-Bissau soient « des pays de désinformation et de folklore ».

Comme pour finir, il a rappelé le cas Amadou Toumani Touré, ancien président du Mali. « ATT a fait une transition, il est parti. Et il est revenu parce qu’il avait fait un bon travail ».

Source mediaguinee mais le titre c’est woulanews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici