« En Guinée, plus de 455 de cas de viol enregistrés depuis le début janvier (2020) jusqu’à maintenant », ONG CJFLG

0

Le Club des jeunes Filles Leader de Guinée (CJFLG) l’a célébrée dans un réceptif hôtelier de la place la journée internationale de la jeune fille.  C’est sous ce thème : « le pouvoir des filles à briser les barrières », que cette journée a été célébrée, ce samedi 10 octobre 2020.

 

« En Guinée, plus de 455 de cas de viol enregistrés depuis le début janvier (2020) jusqu’à maintenant. 51% du taux de mariage d’enfants selon les SDF en 2018 et plus de 95% des filles et femmes ont subi l’excision. Cela démontre à suffisance la véracité de l’étude qui estime que la Guinée, notre pays fait partie des cinq (5) pays dans le monde dans lesquels les femmes sont les plus malheureuses », a déclaré Kadiatou Konaté, secrétaire général du CJFLG dans son discours de bien venu.

Kadiatou Konaté

Selon elle, cette situation, « se traduit non seulement par le manque d’éducation, de protection, de prise en charge sanitaires et juridique, d’insertion socioprofessionnelle mais aussi de faiblesse application de la loi. Et toi cela, malgré notre arsenal juridique qui contient la ratification de plusieurs conventions internationales mais aussi des codes régissant notre cher pays la Guinée. Cette situation précaire de nos conditions de vie ne pourra en aucun cas réduire notre voix en silence », a renchéri Kadiatou Konaté tout en disant que son club a pu annulé plus de 100 cas de mariage précoce.

 

Au cours de cette célébration, le Club des Jeunes Fille Leader de Guinée n’a pas manqué de demander à l’État de renforcer ce qui protège la fille contre les pratiques néfastes plus particulièrement les violences sexuelles et aussi d’améliorer le dispositif national de prise en charge des victimes.

Fanta Barry

Fanta Barry, une des membres du club, a, au nom de plusieurs ONG a fait un plaider auprès de l’État et ces partenaires pour la « construire un centre multisectoriel, pluridisciplinaire de prise en charge des victimes sexuelles dans la perspective d’une réponse holistique prenant en compte la psycho-médical, sociale et juridique pour les victimes. Ce centre ce veut aussi un espace d’éducation sexuelle et de développement de compétence de vie saine. Nous marchons ensemble pour briser la chaîne », a-t-elle lancé.

 

Au cours de cette journée, plusieurs panels sur le viol ont été animés. Et les partenaires techniques et financiers ont réitéré leurs engagements d’accompagner le CJFLG dans la réalisation de leurs projets.

 

Salimatou pour woulanews.com 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici