Colonel Balla Samoura, doit avoir à l’esprit qu’on ne peut être éternellement fort

0

Il y moins d’un an, le colonel Balla Samoura, alors tout puissant coordinateur de la gendarmerie régionale, était sur le terrain pour se battre contre les manifestants. L’on se souvient qu’il fut accusé, à tort ou à raison, d’exactions contre les civils qui manifestaient.

Cette plaie s’est refermée partiellement, quand il va soudainement apparaître, le lendemain du coup d’Etat du 05 septembre, aux côtés d’un autre colonel hautement charpenté, qui a lancé l’assaut sur le palais Sèkhoutouréyah pour y déloger Alpha Condé, dont des Guinéens en avaient marre de la gestion. Vous comprendrez alors l’état de grâce.

Depuis, le colonel qui a prôné la justice n’est pas perçu comme un des acteurs de cet ordre nouveau, épuré de brimades contre les pauvres citoyens.

Tout a commencé avec le poncif « récupération des biens de l’Etat ». Puis les interpellations parfois aux allures de règlements de compte, estime-t-on, et jugées par les organisations de défense des droits de l’homme comme un déni de justice. C’est contre ces pratiques d’un autre temps, de toute évidence, que le colonel-Président dit être allé à la mort. S’inscrire désormais dans un nouvel ordre dans lequel les citoyens ne subissent plus.

A lire aussi   L’UFDG dément avoir demandé l’annulation du vote de la région de Kankan et accuse le RPG

D’un constat général, on en est très pessimiste avec le haut commandement de la gendarmerie, qui agirait tout autrement. La dynamique est ainsi galvaudée.

Les critiques fusent de partout. Celui qui incarne cette institution est partout lardé de critiques les plus acerbes, et à juste raison par plusieurs observateurs qui pointent des méthodes qui violent les procédures légales en la matière.

Les cas les plus emblématiques sont les interpellations et la séquestration entre autres d’Ahmed Kanté, de Sadou Nimaga et d’Ibrahima Kalil Kaba. Ce dernier cas a particulièrement mis à nu les agissements et les mauvaises pratiques qui, de l’avis des Guinéens dans leur ensemble, se perpétuent. Ce qui a amené les citoyens à s’interroger sur la nécessité de maintenir l’habilitation de la Gendarmerie à agir en qualité d’OPJ.

A lire aussi   Gaoual : Une mission du ministère des mines attendus pour rechercher l'or à Kounsitel

Dans l’opinion, on estime que ces actions risquent de dévoyer l’idéal de refondation du pays, désormais en panne certes, mais qui est possible, si le CNRD ne prend garde.

Pour tout dire, le colonel doit avoir à l’esprit qu’on ne peut être éternellement fort. Qu’on ne peut, à cet effet tout se permettre. L’ancien DPJ, Fabou Camara devrait être une leçon vivante, lui qui a agi avec excès quand il était intouchable et qui a payé dans sa chair. Désormais chagriné seul.

Les exemples n’en finissent pas et le colonel devrait s’en inspirer dorénavant.

Mognouma ,(mosaïqueguinee.com)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici