Cellou Dalein fait des nouvelles aveux sur la présidentielle de 2010

0
Cellou Dalain Diallo
Cellou Dalain Diallo

NEW-YORK-En séjour actuellement à New-York où il a pris part samedi 27 novembre, à la 4ème édition de la cérémonie de remise de distinctions des « African Lsadership Awards », organisé par le Mouvement des Entreprises du Sénégal – MEDS, Cellou Dalein Diallo, a levé un coin du voile sur la présidentielle de 2010. Une élection organisée dans un contexte de fortes tensions et qu’il avait débouché sur la victoire -sur le fil du rasoir- d’Alpha Condé, reversé le 05 septembre dernier par un coup d’Etat dirigé par colonel Mamadi Doumbouya.

 

« En 2011, mon ami Malick Diop m’a fait l’honneur de me distinguer par un cauris d’or, celui de la paix. J’ai eu l’honneur de recevoir ce prix de madame Wade. En 2010, un an avant (ce prix) il y a eu des élections en Guinée. Au 1er tour, je me suis retrouvé avec 44% des suffrages valablement exprimés contre 18% pour M. Alpha Condé, et 14% pour M. Sidya Touré. Ce sont les résultats officiels », a rappelé l’ancien Premier ministre.

Contrairement aux dispositions de la Constitution qui stipulait que deux semaines seulement devait séparer la proclamation des résultats du 1er tour au second tour, l’organisation du second tour à la date prévue n’a pas été obtenue, observe-t-il.

« On a dû attendre et batailler pendant quatre mois pour obtenir le second tour. A l’issue de ce second tour, M. Alpha Condé qui n’avait eu que 18% au 1er tour, a été proclamé vainqueur alors que j’avais bénéficié du soutien du faiseur de roi en l’occurrence M. Sidya Touré », explique le leader de l’UFDG.

Les regards de la communauté internationale étaient tournés vers la Guinée, martèle M. Diallo précisant que la capacité de mobilisation de son parti (UFDG) à Conakry était connu. Il révèle le carton dans lequel se trouvaient les pièces à conviction quant à sa victoire n’avait même pas été ouvert.

« La décision a été difficile à prendre, je dois l’avouer. D’autant plus que j’avais toutes les preuves que je n’ai pas perdu les élections. Qu’est-ce qu’il fallait faire ? J’ai préparé des recours, j’ai réuni toutes les preuves irréfutables de ma victoire au second tour. On a envoyé à la Cour Suprême. Celle-ci n’a même pas ouvert les cartons. Parce que les militaires avaient dit qu’il fallait proclamer les résultats provisoires (du second tour) tel qu’elle les a reçus », révèle Cellou Dalein Diallo.

Il y avait tellement de tension de nature ethnique que toute protestation aurait pu conduire le pays dans des violences qui auraient pu déboucher sur la guerre civile, a-t-il expliqué.

« La campagne du second tour a été menée sur une base strictement ethnique. Finalement j’ai privilégié la paix puisque la Cour Suprême qui était le dernier recours a reconnu la victoire de M. Alpha Condé. Nous avions voulu éviter à la Guinée ces violences qui auraient inéluctablement pu déboucher sur la guerre civile. Beaucoup de mes amis n’étaient pas satisfaits de cette attitude. Alors M. Malick Diop qui considère ces actes comme responsables et préservant la paix a décidé de me décerner le cauris d’or de la paix. Je tiens à la remercier pour ça », a rappelé l’ancien premier ministre guinéen.

A suivre…

Africaguinee.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici