58 partis politiques dont l’UFDG, l’UFR rejette le cadre de concertation inclusif

0

Le G58 des partis politiques ce sont retrouvé en plénière, ce samedi 9 au siège de l’UFDG. L’objectif était d’examiner le décret qui a créé le cadre de concertation inclusif.

« Nous nous sommes réunis ce matin pour examiner le décret relatif à la création d’un cadre permanant de dialogue. Il se trouve que ce cadre a été exprimé sous forme de demande à notre niveau, mais le décret rendu public ne correspond pas à ce que la classe politique à travers le G58 avait demandé. Nous avons discuté pour partager nos différentes observations sur la question », a déclaré Aliou Bah, qui a fait office de porte-parole.

A l’issu des débats, les partis politiques se sont accordés sur plusieurs points : « premièrement, il s’agit des insuffisances que nous avons tous relevé unanimement sur le décret qui a été publié. Au lieu d’avoir un cadre de dialogue politique qui concerne les acteurs politiques, le Cnrd avec la présence d’un médiateur international et également la participation des partenaires techniques et financiers, le décret nous annonce un cadre de concertation et de façon élargie.
Deuxièmement, le décret indique un nombre de coalitions surprenant. En Guinée, nous connaissons celles qui existent, mais le décret mentionne clairement de 20 coalitions. Nous avons exprimé notre surprise par rapport à cette information. Ce qui constitue l’une des insuffisances de ce décret.

Troisièmement, il y a un manque de clarification sur les partenaires techniques et financiers. Il se trouve que habituellement, nous connaissons le groupe de G5 qui réunit des institutions et des ambassades qui ont l’habitude d’accompagner la Guinée dans les processus électoraux et politiques.  Le manque de clarification sur les partenaires techniques et financiers suscite en nous des interrogations », a fait savoir Aliou Bah.

Et d’annoncer, « au regard de ces insuffisances énumérées, le G58 s’engage à produire un rapport et une déclaration pour faire part de nos observations critiques par rapport à ces celles-ci et réitéré ce que nous avons demandé dans le cadre des différentes rencontres qu’il y a eues ».

Aliou Bah, rappelle également que « le ministre de l’Administration du territoire avait reçu les coalitions politiques. Il avait posé la question sur quel type de dialogue voulons nous. Nos réponses ont été très claires et nous lui avions dit que nous voulons un dialogue politique parce que les questions à évacuer sont essentiellement politiques qui concernent les partis politiques, le Cnrd et le gouvernement, avec la présence des partenaires au développement ».

Il conclut en ces termes: « Ce cadre dialogue tel qu’il a été annoncé dans le secret ne correspond pas ni à ce que nous avons demandé, ni à l’intérêt d’une transition qui se voudrait être une transition pour un retour à l’ordre constitutionnel ».
 

Salimatou Barry

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici