« Je n’ai pas de maison à Conakry », avoue, Nantou Chérif, après son expulsion de sa résidence

0
Nantou Chérif

Hadja Nantou Chérif, ancienne députée. Jusqu’où ira le CNRD dans la traque des biens de l’État? Depuis le 5 septembre dernier, jour qui a mis fin aux 11 ans de règne du président Alpha Condé, les nouvelles autorités s’activent à vider les caciques de l’ancien régime de la cité ministérielle et même d’ailleurs.

 

Après le ministre Ismaël Dioubaté du Budget qui a été sommé de libérer la maison de la cité ministérielle, c’est au tour de Amadou Damaro Camara, ancien président de l’Assemblée nationale de rendre dare-dare les clés de la villa de La Minière qu’il occupait depuis plus de 40 ans.

Lautre cas, cette fois-ci, plus particulier est celui de l’ancienne ministre Hadja Nantou Chérif, camarade de lutte d’Alpha Condé qui a été sommée par le CNRD de quitter son logement de Dixinn sous 48 heures.

A lire aussi   Colonel Mamadi Doumbouya, nomme la dernière ministre des travaux publics d'Alpha Condé

La coordinatrice nationale du RPG Arc-en-ciel, parti jaune, interrogée dimanche par Mediaguinee n’a pas désapprouvé la décision mais a seulement rejeté la méthode.

A l’en croire, demander à quelqu’un de libérer une maison sous 48h c’est trop lui demander.

« C’est vrai, j’ai quitté Dixinn. On nous a demandé de quitter. Mais je trouve que c’est tout à fait normal. Ils ont nommé des ministres qui n’ont pas de logement. Si nous sommes dans les logements de l’État, il faut donner la latitude aux autres d’habiter quelque part. Ce n’est pas contestable », indique-t-elle.

Ensuite, Nantou Chérif, ajoute que, « ce qui est contestable c’est de donner 48 heures aux gens de quitter les lieux. Moi par exemple, je n’ai pas de maison à conakry. Lorsqu’on vous demande de quitter dans 48 heures, c’est un peu compliqué. Mais ce n’est pas grave, moi j’habite maintenant quelque part et c’est très très bien ».

A lire aussi   Les comptes bancaires de Djoma média gelés par le CNRD

 

Nantou Chérif, Amadou Damaro Camara, ancien président de l’Assemblée nationale et Mohamed Diané, ancien ministre de la défense, ont été sommé de libérer les maisons qu’ils occupent actuellement.

Avec mediaguinee

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici