Guinée/ Ne payant plus de mine, Alufer se cherche de nouveaux investisseurs

0
132

La compagnie anglaise, Alufer Mining, dont la filiale Bel Air Mining exploite la bauxite dans le corridor de Boffa, à environ 200 km de Conakry, la capitale guinéenne, a mandaté la Standard Chartered pour lui trouver des investisseurs dans son projet en Guinée, indique une source très proche du dossier.

Selon notre source, une société privée chinoise, dénommée Hangzhou Jinjiang Group (HJG) est en discussion avec Alufer pour investir dans le projet.

Les discussions porteraient également sur la construction d’une raffinerie d’alumine qui pourrait viabiliser le projet.

Bel Air Mining a accumulé les pertes ces deux dernières années, estimées à environ 70 millions de dollars USD, a confirmé à WESTAF MINING une source de la compagnie.

Outre ses exportations, Alufer Mining approvisionnait certains clients locaux (State Power InvestmentCorp –SPIC -, Chalco) qui n’avaient pas démarré leur production.

Depuis mars dernier, Chalco a commencé ses activités tout en approvisionnant en bauxite, jugée plus « riche en alumine » chez certains concurrents locaux.

Quant à la SPIC, elle était sur la voie de lancer les opérations de sa mine…

En réalité, l’exploitation de Bel Air Mining se heurte à son modèle économique qui a privilégié des investissements trop importants pour une mine de bauxite (on parle de plus de 200 millions USD) et qui ne peuvent être rentables que dans un contexte favorable (hausse des prix) ou un cadre de transformation locale de la bauxite en alumine, estime un expert minier.

« Les investissements étaient trop lourds et la bauxite produite n’était pas d’une qualité suffisante pour justifier que les clients se ruent dessus », a fait remarquer cet expert.

Sous l’effet de la pandémie de la Covid-19, les prix de la bauxite ont chuté bien en deçà de 50 dollars, considéré comme un seuil minimum pouvant permettre à l’exploitation de Bel Air Mining de rester à flots, souligne cette source.

A cette situation, se sont ajoutés des coûts liés au fret et aux surestaries pour les stocks conservés dans des espaces en Chine et qui sont restés invendus.

En mars, le volume de stocks invendus était estimé à environ 1 million de tonnes de bauxite.

HJG est une société chinoise qui a des activités dans divers domaines.

Elle se présente elle-même comme société qui « exploite principalement des activités d’énergie environnementale, de métaux non ferreux et de produits chimiques, y compris la production d’électricité par incinération des déchets, la production d’alumine et la production de sels chimiques ».

« Hangzhou Jinjiang propose également des services de commerce et de commerce, de développement immobilier commercial et de logistique », peut-on lire à propos de cette société.

Source : Westaf Mining

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici