Chérif Bah hospitalisé : « son état de santé s’améliore. Il n’y a pas donc de péril en la demeure » (MJ)

0
Chérif Bah, vice-président de l'UFDG

Plusieurs détenus politiques sont actuellement malade. Dans un communiqué publié par le ministère de la justice (MJ) a essayé de rassurer les uns et les autres qu’ils sont pris en charge. Pour le personnel de Chérif Bah, vice-président de l’UFDG, que son état de santé s’améliore.

Lisez le communiqué du ministère de la justice    

« Des informations alarmistes circulent à propos de l’état de santé de certains détenus notamment Ibrahima Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Baldé. Le ministère de la Justice, afin d’éviter le créer le doute dans l’opinion et entretenir une suspicion gratuite autour de la Justice, se fait le devoir d’édifier au sujet de la situation réelle des détenus à la maison centrale de Conakry.

S’agissant du suivi médical, le ministère de la Justice rappelle qu’il a un personnel qualifié qui suit régulièrement tous les détenus et s’enquiert de leur état de santé au quotidien. Ce collège médical dument assermenté, pour tous les cas, procède à des hospitalisations autorisées par les services pénitentiaires. Il en a été ainsi pour plusieurs cas.

Concernant le cas de Ibrahima Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et d’autres, en plus des dispositions habituelles et pratiques relatives à la santé des détenus, le chef de l’Etat a recommandé pour les détenus qui le souhaitent, qu’ils soient suivis tous les jours par leurs médecins traitant comme par exemple Ibrahima Chérif Bah dont l’épouse a déclaré qu’il n’était pas malade. Celui-ci hospitalisé à l’hôpital Ignace Deen pour une meilleure prise en charge, bénéficie de tous les soins appropriés. Il est à noter que son état de santé s’améliore. Il n’y a pas donc de péril en la demeure.

Pour les détenus contaminés pas la Covid-19qui sévit dans le monde, il faut noter qu’ils ont contracté cette maladie par le biais des visiteurs dans le cadre du droit de visite prévu par la loi. A ce propos, le ministre de la Santé, à très tôt exigé que tous les visiteurs soient testés négatifs avant toute rencontre avec les détenus. Une des mesures fortes prise de la Justice dans le cadre de la riposte contre la pandémie en milieu carcérale a été la création à la maison centrale de Conakry d’un centre de traitement et de prise en charge des malades de Covid-19 par les services de l’ANSS. Ce centre est l’un des meilleurs dont s’est doté le pays.

Le ministère de la Justice précise que dans le souci d’une bonne administration de la justice, les procédures engagées suivent leur cours normal et les procès se tiendront rapidement dans le respect des droits des détenus et de l’indépendance de la Justice.

En tout état de cause, le ministère de la Justice rassure l’opinion nationale et internationale que tous détenus pour infraction à la loi et divers délits sont traités dans le respect de leurs droits fondamentaux et de la dignité humaine.

Enfin, le ministère de la Justice réitère que tous les détenus ont droit à la justice de leurs familles, leurs proches et toute autre personne qu’ils souhaitent rencontrer qui pourrait donc témoigner de leurs conditions réelles de détention et leur état de santé en toute transparence », Me Mory Doumbouya, ministre de la justice.

A lire aussi   Cyber criminalité : Emouvant témoignage d’une victime !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici