A Conakry « il existe plus de 1017 coins de consommation de la Chicha, des coins clandestins », révèle Boubacar Barry, ministre du commerce

0
429

Boubacar Barry, ministre du commerce, a donné des explications sur l’interdiction de l’importation, la commercialisation et la consommation de la Chicha en Guinée. Selon lui, des négociations ont été engagés avec les acteurs du secteur pour réglementer le secteur mais la majorité n’ont pas coopérés.

« La Chicha fait partie des produits qui sont vérifiés et analysés par nos laboratoires. Sur la base des échantillons que nous avons pu prélever avec nos inspecteurs anonymes qui vont dans certains lieux de consommation. Et on s’est rendu compte qu’au-delà des arômes qui sont mis dans ces produits, d’autres profitent pour mettre de la liqueur dedans et même de la drogue. Ça a pris de l’ampleur et c’est la couche juvénile, surtout les jeunes filles qui sont les plus touchées. C’est de la responsabilité de l’État de prendre des mesures idoines, pour arrêter cette situation extrêmement grave. », a expliqué Boubacar Barry sur Djoma FM.

Il enseigne que dans les cinq communes de Conakry, « il existe plus de 1017 coins de consommation de la Chicha, des coins clandestins. Nous avons tenté de mettre en place une certaine réglementation dans ce secteur depuis près de 6 mois. Certains acteurs ont accompagné, mais la grande majorité soit 80 à 90% n’ont pas voulu accompagner, parce que peut-être nous ne voulons pas déclarer leurs activités pour ne pas être assujettis à des payements de redevance ou des taxes. Donc c’est cette décision qui nous a amenés à prendre une décision radicale d’interdire afin de pouvoir assainir le secteur. »

Salimatou Barry

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici