92 kg de chanvre indien destinés à une vente aux adolescents interceptés par la police

0

Le Secrétariat Général à la présidence chargé des services spéciaux et de la lutte contre le crime poursuit sa lutte acharnée contre le trafic des stupéfiants et autres produits prohibés nuisibles à la consommation.

Encore ce mercredi 22 juin 2022, ce département hautement stratégique du gouvernement guinéen a procédé à travers son secrétaire général, à la présentation d’un présumé trafiquant de chanvre indien. Ce dernier du nom de Abdoulaye Camara, âgé de la trentaine et se faisant passer pour un décorateur d’intérieur reconverti en transporteur, a été interpellé le 17 juin dernier dans la préfecture de Dubreka avec en sa possession 92 kilogrammes de chanvre indien.

Selon le Commissaire Malick Koné, secrétaire général des services spéciaux, c’est la mise en place par ses services, d’une équipe et d’un plan stratégique de recherche et de surveillance qui aurait permis l’interpellation du mis en cause.

A lire aussi   Guinée/Natation : tenue de la 4ème édition du championnat mensuel

« Depuis plusieurs semaines, nous avons eu des informations selon lesquelles un important trafic de stupéfiants se déroulerait dans la grande zone de Dubréka. Sans désemparé, nous avons mis en place une équipe et un plan stratégique de recherche de surveillance qui a abouti le 17 juin 2022 a l’interpellation du nommé Abdoulaye Camara et cette quantité importante de stupéfiant. Il a été interpellé dans des conditions régulières ou il a été placé en garde à vue », a-t-il expliqué, révélant par l’occasion que cette forte quantité de chanvre indien était destinée pour être vendue aux adolescents par sachet de 25.000 francs GNF « Ce qu’il faut savoir, c’est que la consommation de stupéfiants détruit des vies, compromet des carrières, détruit des talents et par ricochet, elle a une incidence sur la main d’œuvre locale qui nous mettra encore dans une pauvreté plus endémique (…). Nous conseillons la population d’être beaucoup plus vigilante, de se rapprocher de nous, pour qu’ensemble on puisse lutter contre ce fléau afin de respecter le bon déroulement des institutions, la bonne marche de ce pays qui est en train de prendre un élan que les nouvelles autorités ont bien voulu nous faire prendre », a-t-il lancé.

A lire aussi   Colonel Doumbouya aux caciques de l’ancien régime : « vous avez tous trahi le président Alpha Condé »

Quant au présumé, interrogé, il niera être le propriétaire de la marchandise. Abdoulaye Camara déclare qu’elle (la marchandise) appartient plutôt à son grand frère, dans la chambre de qui il aurait été arrêté. Des propos qui seront démentis par l’officier Mamadi Faro, officier de police judiciaire qui a procédé à l’audition du présumé

« Contrairement à ce qu’il vient d’affirmer, ceci n’est pas vrai. Il avait commencé à nier également au début de l’audition en disant que les colis ne lui appartiennent pas. Mais arrivé à un certain moment, il a dit qu’il regrette et qu’effectivement, ces colis lui appartiennent. Donc, s’il vient dire ici que les colis ne l’appartiennent pas, c’est une contre-affirmation », a fait savoir ce dernier.

En attendant la suite des enquêtes pour traquer la racine de cette chaîne de trafic illicite dans la zone de Dubréka, Abdoulaye Camara a été traduit devant le Procureur de la République Près le Tribunal de Dubréka pour répondre de ses faits.

A lire aussi   Abdoulaye Bah, en prison : Voici la réaction de l'UFDG

Avec mediaguinee

­

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici